LA PÉPITE
DES AMÉRIQUES

Investir au Costa Rica, quel que soit l’objectif,
c’est investir dans un pays naturellement époustouflant,
politiquement pacifiste, culturellement engagé
et économiquement pertinent.
Il est dans le top trois des pays les plus heureux au monde.

 

LE PAYS PACIFISTE DU PACIFIQUE

« Le bonheur ne s’explique pas, il se vit. »
Cependant, le statut du Costa Rica en termes de douceur de vivre
et de bonheur au quotidien, s’explique également par de nombreux critères rationnels.

Beauté sauvage à l’écologie intacte.
L’écosystème y est stabilisé depuis plus de 20 ans. L’écologie, fondamentale pour les Costariciens, l’est aussi pour l’économie.
Ainsi, les projets s’y construisent de manière sage, réfléchie et,
par voies de conséquence, pérenne. 
Le pays est leader de la biodiversité, avec 6% de la biodiversité mondiale et les deux tiers du territoire classés en parcs naturels. 
La dimension de ses forêts a doublé en 25 ans et plus de 26% de son territoire et de 9% de son territoire maritime, 
sont classés en zones écologiques protégées.

Un peuple pacifiste et précurseur de la démocratie.

Le Costa Rica a aboli la peine de mort près d’un siècle avant la France.
Les Costariciens ont également fait le choix de supprimer leur armée,
au profit de la santé et de l’éducation, conservant une politique sécuritaire,
sous protectorat américain, et une police forte.
Avec des systèmes éducatifs et sécuritaires les plus performants
du continent, le pays s’impose en leader précurseur de l’Amérique Latine.
Économiquement, le Costa Rica est aujourd’hui un catalyseur d’entreprises, notamment dans les secteurs des hautes technologies, du médical
et de l’innovation. Il est le quatrième exportateur mondial de High-Tech.
Il est également dans le trio de tête des pays exportateurs d’ananas,
de bananes et de café.

Des institutions de confiance et une administration bienveillante.

Les institutions Costariciennes sont solides. Enclavés entre le Nicaragua
et le Panama, la sécurité institutionnelle a exterminé la corruption
que subissent encore ses voisins. Ce pays pionnier organise ses premières elections totalement libres en 1899, avant d’inscrire définitivement
sa tradition démocratique dans sa constitution en 1949.
L’administration ne déroge jamais au principe d’équité, ce qui facilite considérablement l’intégration des étrangers qui s’y installent.
L’engagement collectif majeur des Costariciens érige en principes fondamentaux le respect des droits de l’homme, la protection
des femmes et des enfants ainsi que celle des entreprises.